ACCUEIL

Christian, Louis MATHIEU vous souhaite la bienvenue et réussite dans vos examens !

# Bienvenue   Welcome   Bienvenidos  i mirëpritur   dobrodošli powitani

     Mathématiques  Siences physiques
Algorithmique et programmation langage
PYTHON

Construction 1

cliquez ici pour lire l'article complet !


De plus, selon un décret datant de 2007, depuis la session 2009, les élèves ou apprentis ayant obtenu une mention bien ou très bien au bac professionnel ou technologique sont admis de droit dans un BTS (brevet de technicien supérieur) dont le champ professionnel correspond à celui de la section demandée.

Et depuis 2013, l’École polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse), une école d’ingénieurs suisse, recrute des bacheliers français dans la mesure où ils ont obtenu au minimum 16 /20 au bac, soit une mention très bien.

Raison de plus pour viser une mention, et si possible, la plus haute.

Aujourd'hui

191 visiteurs - 252 pages vues

Total

149120 visiteurs - 329015 pages vues

Craftsmen 3094035 1920

Smart home

La carte d'identification professionnelle sécurisée des salariés du secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP) est obligatoire pour toute personne travaillant sur un chantier.
→ cliquez sur ce lien !
Source : vérifié le 01 janvier 2020 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre).

Capture carte btp

L’OUTIL NUMÉRIQUE AU SERVICE DE LA CONSOLIDATION ET DE L’ ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISÉ

L’appui sur le numérique dans le cadre de la consolidation et de l’accompagnement personnalisé vise à promouvoir et à faciliter l’individualisation du parcours de l’élève et le renforcement d’un travail et d’une démarche qui tiennent compte du rythme de progression propre à chacun.

Cet appui sur le numérique peut favoriser et enrichir différents types de démarches :

la mise en œuvre de projets pluridisciplinaires et transversaux qui intègrent autour d’une thématique commune des ressources de diverses natures : leçons sonorisées, animations, vidéos interactives, exercices interactifs à correction automatique.
Cet usage du numérique concerne aussi bien le recueil que l’élaboration de supports.

Le travail personnel de l’élève se trouve également facilité, en classe et hors de la classe, car le recours au numérique offre la possibilité d’une autonomie accrue. 
l’apprentissage de la recherche documentaire contribue au développement de l’esprit critique chez les jeunes et concourt ainsi à son ouverture sur le monde professionnel ainsi que sur d’autres horizons (ouverture à la culture internationale, aux arts). 

l’usage d’outils de type « webclasseur » permet d’accompagner le lycéen, l'apprentis dans le cadre de son parcours, en CAP, et de la seconde à la terminale baccalauréat professionnel, et de sa construction professionnelle et personnelle.
Ainsi le professeur peut parcourir avec l’élève ce cheminement et l'aider à l'analyser, consolider certains points ou en renforcer d'autres, en d’autres termes individualiser et affiner cet accompagnement.

Les plus-values de ces démarches sont bien réelles. Elles favorisent en effet :

  • le travail collaboratif entre pairs ;
  • l’autonomie et la responsabilisation des lycéens et apprentis face au travail à effectuer ;
  • la sensibilisation à la conduite à tenir dans l’usage des ressources numériques et donc l’esprit critique des futurs citoyens ;
  • le renforcement d’une culture commune entre l’équipe enseignante et les élèves, autour d’un objet commun ;
  • le développement ou le maintien de la motivation par l’intégration de l’outil numérique dans l’approche didactique et pédagogique et au niveau du support créé .
  • le travail de réflexion des élèves sur les productions réalisées, avec possibilité de progression, sur la base du traitement de l’erreur et de l’entraînement à la complexification de la démarche.

Il faut savoir qu’en maths-sciences (ma matière) mes élèves de Terminale passent deux épreuves de maths de quarante-cinq minutes (sous forme de contrôle écrit) et deux épreuves de TP de quarante-cinq minutes  en sciences physiques.

Ce qui pour moi signifie :

Pendant l’année scolaire et en amont des épreuves:

Décider d’une date de passation, en respectant le calendrier défini par le référentiel, MAIS aussi en m’adaptant aux périodes de stage des élèves (sept semaines, quand même), et aux contraintes imposées par mon établissement (plus de CCF à partir de mi-mai).

Rédiger des sujets ou m’inspirer de sujets ayant déjà été proposés (par des collègues ou par moi), mais en les mettant à ma sauce, et en les adaptant aux élèves dont j’ai la charge (ainsi, pour mes élèves chinois qui ont du mal encore avec le français, mais qui sont assez doués dès qu’ils ont compris ce qu’on attend d’eux, j’ai pris l’habitude d’illustrer par des schémas les consignes, afin qu’ils puissent réaliser leurs TP, par exemple).

Préparer les élèves à devenir autonomes pour manipuler en sciences physiques, et à maîtriser calculatrices et logiciels de mathématiques, tout en faisant le programme.

Rédiger un corrigé type qui sera joint au dossier de l’épreuve, ainsi qu’une grille d’évaluation par compétences. Balayer le plus largement le programme.

Une fois la date fixée, convoquer les élèves. Les faire émarger, et leur envoyer des convocations s’ils sont absents.

Organiser la passation des épreuves pendant la formation des élèves.

Ce qui dans l’idéal, signifierait que tous ne passent pas en même temps s’ils ne sont pas prêts en même temps. Mais que tous seraient présents malgré tout dans la salle, y compris pendant les TP, et alors que différents « Appels » sont prévus afin de valider des compétences, de justifier une réponse, de réaliser devant moi ou de débloquer un élève qui n’arrive pas à commencer son travail, ou qui n’a pas trouvé les valeurs attendues.

Dans les faits, mes élèves passent presque tous en même temps la même épreuve de maths ; souvent, je prévois deux sujets très proches, et en sciences physiques, pour les épreuves de TP, je ne fais passer les élèves que par groupe de 3 ou 4 avec un tirage au sort de sujets.

Et bien sûr, il faut prévoir souvent un rattrapage pour les éventuels absents !

Et bien sûr, pour la deuxième session d’épreuves, à réaliser avant la fin de la formation (et donc avant mi-mai), je prévoirai mes CCF le plus tard possible, d’une part pour avoir le temps d’avancer dans le programme, et d’autre part, afin que mes élèves ne se sentent pas libérés trop tôt, tout en sachant qu’à partir de mai, dans un lycée polyvalent comme le mien, je serai susceptible d’être convoquée pour des surveillances d’épreuves pratiques pour différentes classes, et pas toujours celles à qui j’enseigne.

Quand, enfin, j’aurai réussi à faire passer les épreuves à tous mes élèves (ou presque, car à l’impossible nul n’est tenu), il faudra encore :

  • Corriger les copies, en notant non pas par exercice, mais par compétence, une même compétence pouvant apparaître dans différentes questions du sujet !
  • Constituer des dossiers par élève et par classe, regroupant les copies, les sujets vierges, les corrigés, les grilles de correction, les notes, etc…
  • Reporter les notes sur une fiche récapitulative et rendre les dossiers constitués et les copies.
  • Porter les notes en cours d’année sur un tableur qui regroupe toutes les matières, dans mon lycée, puis en fin d’année sur le logiciel du SIEC.
  • Alors voilà, comme le premier CCF doit se dérouler à la fin du premier semestre, donc avant février, et que ma classe de bac pro partait en stage une semaine après la fin des vacances de Noël, leurs premiers CCF ont eu lieu la semaine de reprise.

La classe ne comporte que huit élèves, dont cinq sont présents de façon régulière, une élève n’est venue qu’en début d’année, mais est inscrite à l’examen, et deux élèves sont (très) absentéistes (trente-neuf demi-journées non justifiées pour l’une et vingt-huit pour l’autre, mais personnellement, je ne les ai pas beaucoup vues, ni l’une ni l’autre).

La convocation a été remise aux élèves assidus, et envoyée par courrier par le CPE (avec un petit rappel par sms de ma part pendant les vacances).

Finalement, sept élèves sur huit ont ainsi passé les épreuves

En sciences physique, mes élèves ont planché sur quatre sujets d’optique, en étudiant la réfraction (la déviation des rayons lumineux) lors du passage dans la mer morte, ou un sirop de grenadine ou de menthe, par exemple.

En maths, ils ont analysé les ventes d’une entreprise de fabrication de parapluies, et ont fait des probabilités sur les différents modèles fabriqués. Oui, je sais, j’aurais plutôt dû choisir des modèles d’escarpins, pour ces élèves qui travaillent sur le cuir et les chaussures. Mais bon, malgré tout, mes élèves s’en sont plutôt bien sortis, avec un bémol bien sûr pour mes deux absentéistes, mais du coup, elles se sont engagées à revenir plus régulièrement en cours après leur stage, pour se donner la possibilité d’améliorer leur note au second CCF.

Maintenant, pour la suite de la formation, je ne manquerai pas de leur rappeler leur engagement par un petit sms, si je ne les revois pas aux prochains cours !

Et puis, une bonne nouvelle, en allant cette semaine à une formation sur l’évaluation par compétence (la base de la notation des CCF), j’ai récupéré un petit outil bien pratique créé par un collègue pour noter mes élèves : en fonction de l’acquisition d’une compétence que j’évalue, il s’agit de déplacer un curseur sur un tableur, pour qu’automatiquement soit calculé le nombre de points en fonction du barème que j’ai établi. J’avais peur que ce soit une usine à gaz, mais finalement, c’est simple et très utile !

Une chronique de Marine Cat.

Source : https://lewebpedagogique.com/2016/02/01/556157-2/ 


Critique de prof en 2012 : A bas le CCF !!!

par macassa Dim 29 Avr 2012 - 20:44

Prof en lycée pro, je ne supporte plus l'évaluation en CCF.
Les diplômes professionnels n'ont plus aucune valeur, que l'élève travaille ou pas, le résultat est le même, on lui donne son CAP ou son bac pro !!

Cette pétition circule sur le net:

" A l'attention de Monsieur le Ministre de l'éducation nationale
-Nous, enseignants, dénonçons la généralisation des CCF en Bac Pro.
Le CCF transformera les diplômes nationaux en diplômes « maison », dont la valeur variera selon l’établissement.

Le CCF ne garantit ni l’impartialité, ni l’égalité de traitement des candidats, l’enseignant étant à la fois concepteur et correcteur des épreuves pour ses propres élèves.

Le CCF est un outil à destination de la hiérarchie, dans le cadre de l’autonomie des établissements, pour mettre la pression sur les enseignants dans le cadre de la gestion de leur carrière et afin que les résultats soient conformes aux attentes.

La multiplication de ces CCF, alourdit la charge de travail des enseignants et les détourne de leur mission d’enseignement au seul objectif de l’évaluation, ceci au détriment d’un travail pédagogique de qualité.

Nous enseignants, exigeons l’arrêt de ce mode de validation des CAP, BEP et Bac Pro et demandons, pour une réelle équité entre tous les élèves, que pour toutes les disciplines, les épreuves soient ponctuelles et Nationales."

QUI EST CONCERNÉ PAR LE CCF ?
https://voie-pro.web.ac-grenoble.fr/controle-en-cours-de-formation-ccf

Les élèves des établissements publics ou privés sous contrat en formation professionnelle sont évalués de droit en CCF.

Les apprentis des sections d'apprentissage ou des centres de formation d'apprentis (CFA) sont évalués en CCF si ces structures sont habilitées à ce type d'évaluation.
Cette habilitation doit être demandée au recteur d'académie.
La modalité de certification sous le mode du CCF s’inscrit logiquement dans le cadre de la certification qualité nécessaire pour tous les CFA au 1er janvier 2022.
Les critères de qualité imposés par le décret du 6 juin 2019 mettent en évidence la nécessité de mettre en œuvre un accompagnement de l'apprenti qui s’appuie sur de l’évaluation et du positionnement.

Les candidats de la formation professionnelle continue des établissements publics (GRETA) sont évalués de droit en CCF. Toutefois, ces structures doivent obtenir une habilitation du recteur d'académie pour pratiquer le CCF intégral, s'il est prévu par le règlement d'examen.

 

Chaque diplôme professionnel est concerné par l'évaluation en CCF. Cependant, pour un diplôme donné, toutes les disciplines ne sont pas forcément évaluées en CCF. C'est le règlement d'examen de chaque spécialité qui détermine, pour chaque catégorie de candidat, les unités générales ou professionnelles évaluées par CCF et celles évaluées sous forme ponctuelle.

Cas particuliers :

Les candidats suivant une formation après validation partielle par la validation des acquis de l'expérience (VAE) peuvent bénéficier du CCF si les conditions de formation entrent dans le champ d'application.

Les candidats qui, suite à une décision de positionnement, sont dispensés de suivre la totalité de la formation conduisant à une ou plusieurs unités ne peuvent être évalués par CCF et doivent se présenter aux unités terminales correspondantes.

Les candidats qui, suite à une décision de positionnement, sont reconnus posséder partiellement un niveau de maîtrise pour une ou plusieurs unités et bénéficient d'un parcours individualisé de formation peuvent être évalués par CCF.

_____

QU'EST CE QUE LE CCF ?

Le CCF est une modalité d'évaluation certificative, c'est à dire une évaluation réalisée en vue de la délivrance d'un diplôme. Le CCF porte sur les compétences, les connaissances et les attitudes qui sont définies dans les modalités de certification de chaque diplôme professionnel.

L'évaluation par CCF est réalisée par sondage :

sur les lieux où se déroule la formation (établissement et milieu professionnel) ;

par les formateurs eux-mêmes (professeurs, formateurs, tuteurs et/ou maîtres d'apprentissage).

Rapprochement de l'évaluation et de l'acte de formation

Parce qu'il se déroule pendant la formation et non à l'issue de celle-ci, le CCF permet de rétroagir sur la formation. Les situations d'évaluation peuvent donner lieu à des synthèses qui aident le candidat à se situer dans sa formation et constituent pour lui un élément de motivation.

Prise en compte des spécificités locales

Les activités et les supports d'évaluation prennent donc en compte la diversité des équipements utilisés pour la formation et les spécificités du contexte local. Le CCF autorise ainsi une grande diversité des mises en situation d'évaluation (problématiques professionnelles, démarches expérimentales, activités des entreprises locales, …).

Homogénéité de l'évaluation

Le CCF évalue les mêmes compétences et connaissances que les épreuves ponctuelles. C'est en ce sens que l'on peut parler d'une homogénéité de l'évaluation : si les modalités de contrôle sont différentes selon qu'il s'agit de CCF ou d'épreuves ponctuelles terminales, elles portent bien sur des compétences et des connaissances identiques.

_____

EVALUATION D'UNE SITUATION PAR CCF

Dans le cadre du CCF, le candidat en formation est évalué lorsqu'il est réputé avoir atteint le niveau requis (ou a reçu la formation correspondante en fin de période réglementaire prévue) pour l'évaluation.

Convocation du candidat

Pour chacune des situations d'évaluation, l'information orale concernant la date de l'évaluation est confirmée par un document écrit. Cette confirmation écrite vaut convocation.

Evaluation du candidat

Les consignes relatives à la conception des situations d'évaluation en CCF sont propres à chaque discipline. Elles sont disponible sur les sites disciplinaires académiques ou auprès du corps d'inspection.

Notation de l'évaluation

Les résultats aux situations d'évaluation donnent lieu à une proposition de note (faite par l'examinateur ou l'équipe pédagogique) au jury qui reste seul compétent pour arrêter la note définitive.
En entreprise, la note pouvant être attribuée conjointement avec le(s) professionnel(s), la présence du candidat est conseillée au moment de la synthèse, mais proscrite au moment de l'attribution de la proposition de note.

Pour toute évaluation par CCF, la proposition de note ne doit pas être communiquée au candidat.

_____

GESTION DES ABSENCES AUX ÉVALUATIONS PAR CCF

La mise en œuvre du CCF relève de la compétence du chef d'établissement.
En qualité de chef de centre d'examen, il appartient au chef d'établissement de qualifier l'absence, justifiée ou injustifiée, entraînant les conséquences résumées ci-après :

Cas d'une absence justifiée

L'évaluateur (professeur, formateur, tuteur et/ou maître de stage) propose une autre date de passation de la ou des situations manquée(s).

Si cela n'est pas possible (par exemple, lors d'un arrêt longue durée), le candidat se voit attribué la note "zéro" pour la ou les situations manquées.
Le diplôme peut néanmoins lui être délivré s'il obtient la moyenne générale requise pour l'obtention du diplôme. Si ce n'est pas le cas, le candidat peut, sur autorisation du recteur d'académie, se présenter à des épreuves de remplacement lorsque cette modalité est prévue par le règlement général du diplôme et selon les conditions fixées par ce règlement.

Cas d'une absence non justifiée

Si le candidat est absent à seulement une partie des situations d'évaluation d'une même unité constituant le diplôme, alors il se voit attribué la note "zéro" pour la ou les situations manquées.
Le diplôme peut néanmoins lui être délivré s'il obtient la moyenne générale requise pour l'obtention du diplôme.

Si le candidat est absent à toutes les situations d'évaluation d'une même unité constituant le diplôme (y compris si l'unité n'est constitué que d'une seule situation d'évaluation), alors il est noté absent à l'unité et le diplôme ne peut lui être délivré.

Source : https://www.lagazettedescommunes.com/784762/reglement-des-concours-et-examens-ce-que-veut-dire-rendre-la-copie-anonyme/

Rageant ! La note initiale de votre copie a été remplacée par 0/20, «  pour cause de rupture de l’anonymat ». Si vous aviez lu attentivement la réglementation générale du concours, vous n’auriez pas commis cette irrégularité…, difficilement pardonnable puisque cette règlementation est transmise à plusieurs reprises aux candidats des concours et examens de la fonction publique territoriale, dès leur inscription jusqu’au moment où ils s’apprêtent à subir l’épreuve écrite.

L’obligation de « rendre une copie rendue anonyme par vos soins » est inscrite noir sur blanc dans le règlement général des concours et examens édicté par le centre de gestion organisateur des concours et examens, accessible sur son site web.

Au moment de l’inscription, on vous demande de signer une déclaration sur l’honneur attestant que vous avez pris connaissance de ce règlement.

La convocation aux épreuves contient un rappel des consignes du règlement.

Le jour de l’épreuve, l’un des surveillants rappelle oralement ces consignes.

Sur le sujet distribué, en première page, figure un encadré « A lire avant de traiter le sujet » rappelant la règle de l’anonymat des copies.

Des « ruptures de l’anonymat » dans toutes les catégories de concours

Les copies contenant des « signes distinctifs » et annulées pour « rupture de l’anonymat » concernent une part relativement modeste de candidats, par rapport à tous ceux qui se présentent. Mais cette part n’est pas négligeable. Elle ne diminue pas. Exemples :

33 candidats à l’examen professionnel d’agent de maîtrise territorial (2021),
2 à l’examen professionnel de technicien principal territorial de 1re classe (2021),
3 à l’examen professionnel de rédacteur territorial de 2e classe (2020),
1 candidat au concours interne d’Etaps (2020),
30 candidats au concours externe, interne et de la troisième voie de rédacteur (2019),
2 candidats au concours d’attaché (2018), etc. 

Chaque centre de gestion organisateur édicte et adopte par délibération son propre règlement général des concours et examens professionnels. Ces  textes posent les mêmes règles. Mais certains sont plus détaillés que d’autres sur ce qu’il faut appeler « signes distinctifs ».

À LIRE AUSSI : Nul n’est censé ignorer le règlement : 
faites le quiz sur la réglementation des concours et examens

10 « signes distinctifs » interdits dans les copies des candidats

La consigne générale, présente dans tous les règlements de concours, est que le devoir (c’est-à-dire la copie et, le cas échéant, les feuilles intercalaires) ne doit comporter aucun indice permettant de « différencier et de repérer particulièrement la copie pour répondre à la commande du sujet ». Il n’existe donc pas de liste exhaustive des signes distinctifs. Mais, il est possible, à la lumière de rapports de jury, de vous en indiquer dix, qui ont été sanctionnés. 

Ont notamment été considérés comme des « signes distinctifs » :

  • la mention des nom et prénom,
  • l’apposition d’initiales, d’un paraphe ou d’une signature,
  • la mention de la commune de résidence,
  • la mention d’un pseudo utilisé sur les réseaux sociaux (Valeri77, Bismuth, etc.)
  • l’indication du numéro de la salle de l’épreuve écrite ou de la convocation ;
  • l’usage d’une couleur autre que le noir ou le bleu. Une autre couleur est considérée comme un signe distinctif. Tous les règlements imposent d’écrire au stylo plume, feutre ou à bille non effaçable, de couleur soit noire, soit bleue. C’est-à-dire noire OU BIEN bleue. Un texte écrit en noir et souligné en bleu (ou vice versa) constitue un signe distinctif, plusieurs fois sanctionné ;
  • l’usage du  surligneur, quelle que soit sa couleur,
  • l’évocation, dans le corps du texte, du nom de la commune ou travaille le candidat,
  • l’indication d’un nom de destinataire et/ou de commune fictive. Dans l’épreuve de la « note » ou du « rapport » (concours d’attaché territorial) un candidat avait inventé les noms du destinataire et de la commune (par exemple, « A M. Omar Zig, directeur général des services de la commune Mavillenfleurs »). Là aussi, il s’agit d’une erreur récurrente ;
  • la mention d’une date fantaisie, différente de celle de l’épreuve.

FOCUS

Le surveillant à qui vous remettez votre copie à l’issue de l’épreuve ne vérifie pas la conformité de celle-ci au règlement.
Ce n’est pas dans ses attributions. Vous êtes seul responsable de votre copie.

Pourquoi la règle de l’anonymat de la copie est-elle absolue ?

La règle de l’anonymat de la copie ne souffre pas d’exception, parce qu’elle est étroitement liée aux principes fondamentaux de l’égal accès des candidats aux concours, donc aux emplois publics. Des principes qui possèdent une valeur constitutionnelle (article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen) et constituent une pierre angulaire du droit administratif. Ils découlent, en droite ligne, du principe de l’égalité des citoyens devant la loi.

Les correcteurs ne doivent pas être en mesure de savoir qui est l’auteur d’une copie de concours ou d’examen. Sans parler d’une collusion entre un correcteur et un candidat, ce qui constituerait une « fraude », punie pénalement, le simple fait de reconnaître l’auteur d’un devoir altère inévitablement l’objectivité du correcteur, qui doit la plus parfaite possible. L’objectivité n’est jamais absolue chez l’être humain… Un petit rhume suffit parfois à l’écorner sérieusement. C’est parce qu’il y a toujours un peu de subjectivité dans une correction, que les règlements des concours prévoient tous  une double correction.

Ce sont les correcteurs qui signalent au jury les copies qui, selon eux, présentent de potentiels signes distinctifs. Le jury les examine, et c’est le président qui tranche. Le jury dispose d’une marge d’appréciation, mais elle est limitée en raison de l’importance de la règle de l’anonymat.

FOCUS : Le jury est souverain dans l’appréciation de la valeur des candidats, « dans le strict respect de la réglementation des concours ». 

Lisez avec la plus grande attention la règlementation générale des concours et examens de la fonction publique territoriale du centre de gestion organisant le concours ou examen que vous visez. Et, en cas d’incompréhension, n’hésitez pas à interroger vos interlocuteurs du centre de gestion. 

FOCUS : Autres points du règlement général des concours et examens parfois oubliés ou mal compris 

Le matériel autorisé est strictement limité à celui listé dans votre convocation et parfois rappelé sur le sujet. Ainsi, les calculatrices doivent être non programmables sans mémoire alphanumérique ou les calculatrices avec mémoire alphanumérique et/ou avec écran graphique qui disposent d’une fonctionnalité « mode examen » répondant à certaines spécificités. Le « mode examen » ne sera actionné qu’au début de l’épreuve.

Les téléphones portables doivent être éteints, les oreillettes sont proscrites (donc pas de bonnet qui pourrait les dissimuler), de même que les montres connectées.

Les feuilles de brouillon ne sont jamais prises en compte par le correcteur.

RÉFÉRENCES

A titre d'exemple, téléchargez le règlement général des concours et examens professionnels organisés par le centre de gestion de la fonction publique territoriale du Nord, mis à jour en 2020 (et particulièrement détaillé). Mais attention, vous devez absolument consulter le règlement du CDG organisateur de votre concours ou examen. 

THÈMES ABORDÉS 

Concours fonction publique
Emploi public
Fonction publique territoriale

SUR LE MÊME SUJET

Comprendre l'intitulé du sujet
Quelles sont les épreuves écrites des concours ?
Comment réussir l'épreuve du résumé de texte en 4 étapes
10 fautes d'orthographe qui coûtent cher
10 conseils méthodologiques pour bien préparer ses concours
Concours : les trucs et astuces pour rester à la page
Oral : ce qu’on attend de vous
Perfectionnez votre expression écrite et orale
Synthèse, rapport, note sur dossier
Composition et rédaction, les attentes du jury

PRÉVENTION DES CHARGES PORTÉES
→ Cahier de prévention des risques
Cahier de prévention des risques 
Illustration port de charges non guidées

I. Introduction :
Dans le monde de la force, la périodisation de l'entraînement est traditionnellement basée sur des pourcentages de 1RM, également appelés pourcentages de charge relative. Pour rappel, le 1RM correspond à la charge maximale avec laquelle un individu peut effectuer un exercice, dans un cadre technique défini.

Cependant
,
.... 
  Cliquez ici  pour LIRE LA SUITE ...  

Un guide d'entraînement basé sur la vitesse pour l'entraînement en résistance

LA RELATION CHARGE DE MUSCULATION et VITESSE D'EXECUTION
Un exemple d'application des mathématiques :
Asjutement liéanire - Droite de régresion linéaire en cours de Statistiques
Niveau CAP: équation de droite y=f(x)=a.x + b
Niveau BAC :
Statistiques, nuage de points  et ajustement linéaire

La relation charge-vitesse


MMA: Adaptation de l'entraînement à la compétitionà l'échelle Borg. par A. Manolova | 25 janvier 2019
MMA: Adaptation de l'entraînement à la compétition à l'échelle Borg

Entraînement à l'échec ou non : Impact sur l'hypertrophie et la force
Capture dc et elastiques

Hip Thrust vs. Soulevé(s) de TerreMusculation

Article btp

ÉTUDE. D'après une enquête nationale consacrée à l'utilisation des outils numériques et des équipements innovants par les entreprises artisanales du BTP, les professionnels du secteur sont déjà 44% à utiliser un logiciel en ligne pour l'évaluation des risques, et 49% à être intéressés par des applications clés en main pour mieux sensibiliser leurs salariés. Détails.

Qui a dit que les professionnels de la construction n'étaient pas à la page ? D'après les résultats d'une nouvelle enquête nationale portant sur l'utilisation des outils numériques et des équipements innovants dans les entreprises artisanales du BTP, ces derniers seraient déjà nombreux à s'être emparés des solutions digitales. La Confédération des artisans et petites entreprises du bâtiment (Capeb), la Chambre nationale de l'artisanat, des travaux publics et paysagistes (CNATP), l'Institut de recherche et d'innovation sur la santé et la sécurité au travail (Iris-ST) et l'Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP) ont présenté les conclusions de cette étude, qui ne concerne d'ailleurs que les adhérents à la Capeb et à la CNATP.

À LIRE AUSSI

8% seulement des chefs d'entreprises ont suivi ou fait suivre une formation en ligne à leurs salariés

Parmi les enseignements de l'enquête, on retiendra que 44% des sondés utilisent un outil en ligne pour réaliser l'évaluation des risques, pendant que 49% se déclarent intéressés par des applications leur permettant de sensibiliser davantage leurs salariés. De plus, 31% des répondants se sentent prêts à utiliser un exosquelette pour certaines de leurs activités, et 46% des chefs d'entreprises interrogés seraient tentés pour utiliser des EPI ou balisages connectés durant leur travail. Pour l'élaboration de leurs Documents uniques, les entreprises artisanales du BTP recourent à 39% à l'outil "MonDocUnique" ou un autre support dématérialisé à 28%. Le nouveau logiciel sorti en 2018, "MonDocUnique Prem's", a été utilisé à hauteur de 7% par les artisans du bâtiment. Mais ils sont encore peu nombreux (8%) à avoir suivi ou fait suivre une formation en ligne à leurs salariés. D'ailleurs, les thématiques privilégiées par les professionnels dans le cadre de ces formations sont la santé et la sécurité (65%), la technique métier (58%) et la gestion (49%).

S'agissant des objets connectés, les entreprises artisanales souhaitent s'en servir pour accroître l'efficacité de leurs collaborateurs et prévenir les risques. Ainsi, 78% d'entre eux désirent les utiliser pour favoriser les bonnes postures de travail, 72% comme dispositif d'alerte en cas de chute ou de malaise, 49% pour limiter une zone dangereuse et 41% pour réduire le risque de heurts avec un engin. De même, 38% des artisans seraient tentés d'utiliser des drones afin de réaliser des devis concernant des travaux de hauteur.

C'est une réalité, les professionnels qui sont le plus souvent sur le terrain sont de plus en plus connectés"

Au bout du compte, l'enquête prouve donc que les chefs d'entreprises artisanales du BTP ont déjà su se saisir des technologies numériques pour améliorer leurs conditions de travail. Ceci dit, ils souhaiteraient intégrer davantage les bonnes pratiques d'usage de ces outils digitaux, particulièrement dans une logique de prévention des risques. "Cette nouvelle enquête nationale permet d'identifier très clairement l'intérêt des artisans pour les outils numériques dans la prévention et la sécurité", a réagi le président de la Capeb, Patrick Liébus

"Néanmoins, alors que la sécurité des artisans et de leurs salariés est primordiale dans nos métiers, ils restent encore peu nombreux à se saisir de ces nouveaux outils, malgré des chiffres encourageants. Nous devons donc créer les conditions favorables pour que les chefs d'entreprises s'en emparent, afin qu'ils mettent en place leurs actions de prévention. Enfin, la promotion des formations en ligne lié à la sécurité et la santé doit être une de nos priorités, alors que les mauvais gestes sont la cause d'un accident sur deux dans le BTP !"

Car c'est bien la prochaine étape que les professionnels du secteur se sont fixés, maintenant que les résultats de l'étude sont connus : faciliter l'instauration d'actions concrètes pour mieux accompagner les chefs d'entreprises. Ceci passera par des outils et des applications partageables avec les salariés, clés en main, qui se veulent simples d'utilisation, mais aussi par un package prévention qui mettra en avant les outils de l'OPPBTP et de l'Iris-ST, pour rendre lisible l'offre existante. Enfin, les organisations du secteur travailleront avec des industriels pour aider au développement d'exosquelettes et d'EPI connectés. "C'est une réalité, les professionnels qui sont le plus souvent sur le terrain sont de plus en plus connectés", admet Paul Duphil, le directeur général de l'OPPBTP. "Cette étude nous conforte dans la voie prise de développer des services en ligne simples et opérationnels qui facilitent le passage à l'action en matière de prévention. Après l'outil Prem's, plébiscité par les artisans pour faire leur premier pas en prévention, l'OPPBTP lance une nouvelle application mobile 'Prev'app échafaudage', inspirée par ces précieux retours du terrain."

L'enjeu sera en outre de miser sur ces technologies numériques pour capter l'attention des jeunes : "L'intérêt et la sensibilité qu'ont les jeunes pour ces nouvelles technologies peuvent les attirer à nos métiers, tout en protégeant leur capital santé", note Françoise Despret, présidente de la CNATP. "A nos organisations professionnelles de promouvoir ces outils numériques nouveaux et formations en ligne pour soutenir la promotion et l'attractivité de nos métie

     Les lunettes qui déshabillent les bâtiments - Modélisation 3D !

Réalité virtuelle: "Bâtiment Information Modélisation", une technologie qui permet de visualiser en 3D différentes parties d'un bâtiment avant et pendant sa construction... Et même de voir à travers les murs !

Apprenants en alternance en cursus de formation CAP, BEP, BP, CQP, mention complémentaire,  Bac PRO et BTS 
En alternance ou en apprentissage

le rythme est plus soutenu , "Ne serait-ce que parce qu'il est parfois compliqué de travailler ses cours chez soi après 8 heures de travail en entreprise". Il s'agit en effet de remplir votre rôle en entreprise, dans un climat parfois moins bienveillant qu'au Centre de Formation d'Apprentis ou en Lycée Professionnel, tout en gérant le travail personnel qui vous est demandé suite à vos cours. 

Jongler entre les deux mondes est parfois difficile, d'autant que celui de l'entreprise sera nouveau pour vous.

Une difficulté qui explique, entre autres, la différence entre les taux de réussite à l'examen pour les étudiants sous statut "scolaire" , taux de réussite plus élevés que pour les élèves sous statut "Apprentis". 

Pourtant, les épreuves à l'examen sont les mêmes, ce qui confirme que le diplôme a, dans les deux cas, la même valeur.

Ce site tente d'apporter sur support numérique 
une réponse à distance pour alternants en tenant compte des préconisations ministérielles et en particulier de la lettre de Maths-Sciences de septembre 2018 édité par l'Inspection Académique de Clermont-Ferrand "Lettre n° 1: Le numérique au service de la différenciation pédagogique" et des contributions purement gratuites, offertes par les enseignnants et formateurs de "tout bord" quelques soient leurs parcours et sensibilités :

Les points clefs sont:

  • Différenciation pédagogique des objectifs et des contenus en fonction du besoin individuel de l'élève, de l'apprenant, 
  • Décision volontaire et réfléchie de l'Apprenant de se réserver un  temps choisi supplémentaire de remédiation ou de perfectionnement uniquement du fait de  son d'initiative et de sa  volonté d'atteindre ses objectifs d'apprentissage comme tout  professionnel qu'il est déjà,
  • Prise en compte personnalsée de l'aspect spatio-temporel des contraintes de l'apprenant: ses activités privées  et professionnelles en usine ou en entreprise. 
  • Prise en compte implicite du handicap par un poste de travail adapté et ainsi répondre à l'objectif de l'école inclusive, l'école pour tous pour une formation universellement accessible à tous en tous lieux et par tous temps même en cas de pandémie ou de catastrophes naturelles, ... Seules contraintes non négligeables d'opérationnailité évidente: l'alimentation électrique et disponibilité des réseaux de télécomunications, et bbien entendu comme pour la conception du langage JAVA quelques cafetères à portée de main en milieu confinés !

D'un point de vu opérationnel de disponibilité modulaire des contenus présentés et structurés mis en place fur à mesure depuis le 12 novembre 2018 pour répondre aux besoins de formation à distance d'apprenants mais aussi de permanence d'accès aux savoirs des instances dispensant toute formation et ainsi dans le cas  d'absence de l'enseignant, du formateur, de l'apprenant et ce dans un cursus de formation en alternance ou continu.

Objectifs pédagogiques et didactiques, et vivre sa formation pour réussir son avenir professionnel:

  • Répondre à la problématique "Quel support pédagogique ? papier ou  numérique en Mathématiques puis-je utiliser dans mon espace-temps choisi afin de réviser, m'entraîner et me perfectionner, et ce dans l'objectif de réussir ma  formation  conformément au référentiel de CERTIFICATION et dans l'éventualité de ma poursuite d'études ou pour anticiper une future reprise d'étude ou dans l'acquisition de compétences transversales ?",

  • Faire croître naturellement  la motivation intrinsèque de l'apprenant  "Créer l'Envie d'Apprendre à Apprendre au Pays des Volcans !" au sein de nos magnifiques territoires,

  • Engendrer  l'Estime de soi par une auto-progression pédagogique et une autonomie d'apprentiisage mesurable par chacun, 

Il ne faut pas oublier de ne pas négliger " L'Après ":
→  Après la phase d'apprentissage et de certification, il reste l'
INSERTION PROFESSIONNELLE pour toute une VIE .

 Qu'est ce que le LE ZÉRO ÉVALUATION ?

MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT : Dans une société de plus en plus consumériste, il n’est pas rare que les parents d’élèves insatisfaits du « service proposé » remettent en question la notation ! Devoirs à la maison, Devoirs surveillés, Oral au tableau, ... Sanctionner un travail qui ne remplit pas le cadre pédagogique définit par l’enseignant.

Zéro ?

Diskoteka 80 Eruption,
Diskoteka 80 Eruption, Ottawan, CC
atch, Lian Ross, Opus, Silent Circle


Danses et couleurs
avec Say "Shava Shava"
Amitabh Bachchan|Shah

Ambiance slave  rythmée
avec Mr Korolev Viktor
-
-


Sans oublier notre  Nina , Nina Janka !
... et Nos célébrités de films bollywood
les plus populaires 
et danses endiablées 

-
The Best
-


Самые Востребованные
Песни и Танцы
Нашего Канала!!!

Mylène Farmer
C'est une belle journée

Orchestre Dominique Moisan
Un million de roses rouge

STATISTIQUES DE VISITES GÉOLOCALISÉES

 

 

?

Crédits photos: Pixabay {Pixabay License Libre pour usage commercial Pas d'attribution requise]